Je (dé)pense donc je suis

16.3M£, c’est la somme dépensée par l’épouse d’un banquier azerbaïdjanais dans un célèbre magasin de luxe situé sur Brompton Road dans le quartier de Knightsbridge, à Londres entre 2006 et 2016.

 

L’inconvénient… d’après les autorités publiques londoniennes… est que cette dernière ne serait pas en mesure de justifier de sources de revenus. Ce palmarès compte également l’acquisition d’une maison d’une valeur de 11.5M£ à Knightsbridge au travers d’une société incorporée aux Iles-Vierges-Britanniques ainsi que d’un golf près d’Ascot.

 

Celle-ci fait donc l’objet de la première Unexplained Wealth Order (UWO), toute nouvelle procédure en vigueur depuis 2018 qui contraint les personnes interrogées d’expliquer l’origine des revenus ayant permis l’acquisition d’un bien et, de manière générale, la source de leur fortune. L’intention du législateur anglais était de doter la « National Crime Agency » (NCA) de nouveaux pouvoirs leur permettant de mettre fin au blanchiment d’argent au Royaume-Uni. La cible première de ce nouveau dispositif est l’argent public détourné par des personnes étrangères politiquement exposées.

 

D’après le NCA, l’étendue et la composition de la fortune familiale est difficilement réconciliable avec le salaire de Monsieur (qui purge actuellement une peine de 15 ans de prison en Azerbaïdjan), qui oscille entre 29k$ et 70k$ par an ! La cour d’appel de Londres a rejeté l’appel de Madame, qui risque désormais la saisie de tous ses biens.

 

Devant la crainte de voir le UK devenir « Singapour sur Tamise », les autorités britanniques travaillent-elles à présenter un visage respectable, une fois sorties de l’UE ?