L’Italie, nouvel Albion

Dolce vita, paysages idylliques, cuisine réputée : l’Italie avait déjà quelques atouts dans sa manche pour faire venir à elle nombre d’étrangers cherchant un nouveau pays de résidence plus clément à tous points de vue. Elle a récemment ajouté une corde à son arc : la flat tax à destination des retraités, introduite par la loi de Finances 2019. La réduction d’impôt, valable pour cinq années à dater de l’installation, n’est en revanche applicable que si les personnes concernées viennent vivre dans une ville de moins de 20 000 habitants, dans une des huit régions du Sud de l’Italie : la Sicile, la Calabre, la Sardaigne, la Campanie, les Pouilles, les Abruzzes, le Molise ou la Basilicate.

Parmi les mesures d’incitation, une des plus remarquables est celle des impatriés, qui permet aux salariés titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur (et aux personnes occupant un poste de direction d’entreprise) de bénéficier d’un abattement de 50% sur leur revenu du travail imposable et ce, pendant les cinq premières années de résidence en Italie. Quelques conditions, en dehors du diplôme, sont à retenir : ne pas avoir résidé en Italie au cours des cinq dernières années, établir sa résidence principale en Italie pour au moins deux ans, et exercer sa fonction salariée principalement en Italie.

Par ailleurs, surfant sur la vague des déçus du Brexit, le pays a également mis en place une taxation forfaitaire pour les personnes fortunées s’installant en Italie. Si les revenus italiens sont taxés de manière normale, cette mesure prévoit une taxation des revenus de source étrangère plafonnée à €100 000 quels que soient les montants.

Pouvant atteindre une durée de 15 ans, elle peut même être étendue à des membres de la famille, au travers d’une majoration annuelle de €25 000 par parent ajouté.

Enfin, pour les particuliers, un des attraits fiscaux italiens réside dans le fait que les droits de succession, de parent à enfant, sont nuls, dans une limite d’€1M (et 4% au-delà). L’exonération est en revanche totale concernant les biens étrangers transmis.Dernier « détail » :  le trust (outil de prédilection des anglosaxons pour la transmission de patrimoine), contrairement à la France, permet sous certaines conditions, à un résident italien de détenir du patrimoine, y compris italien.