Un verre, ça va, trois verres…

Le célèbre slogan français n’a visiblement pas passé la frontière belge, où une étude du cabinet de conseil en RH Securex, menée auprès de 1 500 salariés dévoile que 22% des travailleurs belges déclarent boire plus de deux à trois verres d’alcool par jour. Selon la même étude, réalisée chaque année, ce pourcentage n’était que de 14% en 2015.

La hausse, quasi continue depuis 2010, refléterait des conditions de travail de plus en plus difficiles. L’étude pointe notamment que les salariés qui envisagent de changer d’employeur à court terme boivent presque deux fois plus que ceux satisfaits de leur situation. Elle établit aussi un lien de causalité avec le stress généré par les transports, dans un pays où les bouchons sont fréquents et les trains d’une ponctualité toute relative.

Dans le détail, le problème serait, selon l’étude, plus marqué en région Bruxelloise qu’en Flandre et en Wallonie, frapperait deux fois plus les hommes que les femmes et irait croissant avec les responsabilités.

Le constat dressé par l’étude fait écho à celui du panorama de la santé 2017 publié en avril dernier par l’OCDE, qui sacrait la Belgique championne du monde de la consommation d’alcool, avec 12,6 litres d’alcool pur par an par habitant (contre 11,9 litres pour la France, troisième derrière l’Autriche). Soit l’équivalent de 134 bouteilles de vin ou de 1 008 demis de bière.

La révolution socio-écologique sera donc peut-être la solution à ces excès…