C’ÉTAIT EN 2035

Il n’y a pas si longtemps, à l’évocation du futur, notre imagination nous transportait dans un monde où la mobilité était faite de vaisseaux et de voitures volantes… Pourtant, on ne peut que constater que le principe de l’automobile, au-delà de la transformation électrique, n’a finalement pas énormément évolué depuis son invention, loin des vaisseaux spatiaux et autres visions futuristes !  

Toutefois, la récente décision de l’UE d’interdire la vente de nouveaux véhicules à combustion interne d’ici 2035 devrait bousculer le secteur, offrant des nouvelles opportunités d’investissement à long terme !

Véhicules électriques, batteries à haute densité énergétique, matériaux intelligents, système de conduite autonomes, recyclage, bornes de recharge… Les secteurs offrant un potentiel de croissance ne manquent pas. Il faut donc dès aujourd’hui rester en alerte sur les nouveaux acteurs et les innovations disruptives susceptibles de redistribuer les cartes.

Le passage des énergies fossiles à l’électricité booste, entre autres, le marché des recharges et du recyclage. Un secteur dominé par la Chine (Contempory Amperex Technology – CATL fournit quasiment l’ensemble des producteurs de véhicules électriques). Une dépendance dont il faut sortir et qui voit, de ce fait, émerger de nouveaux champions continentaux : Northvolt en Europe, qui démarre la construction de son 3ème giga usine de batteries, ou Chargepoint aux États-Unis, qui a développé le plus vaste réseau de points de recharge pour véhicules électriques.

Ces mouvements d’ampleur, qui commencent à dessiner nos lendemains, ne brident pas pour autant la créativité de la recherche et innovation. Ainsi, par exemple, en matière de conduite autonome : des chercheurs de l’université Ben Gourion, ont réussi à créer un véhicule conduit par… un poisson rouge ! Le véhicule fonctionne via des capteurs de mouvements qui permettent à nos amis aquatiques de se déplacer sur terre. En seulement 10 leçons de conduite, les poissons ont appris à se déplacer d’un point A à un point B et ce, même avec des obstacles. En cherchant à mieux comprendre les mécanismes de navigation et d’orientation dans l’espace des animaux, l’expérience pourrait également permettre par biomimétisme, d’améliorer les algorithmes de conduite autonome !

Les prochains maîtres du monde ne sont peut-être pas ceux que l’on imagine…