2ème & 3ème trimestres 2015

RETOUR

août 2015

Environnement : sardinhas em perigo

Certes, BP a été condamnée à une amende record (€17Mrd, la plus importante dans l’histoire des USA), pour la marée noire causée par l’explosion, en 2010 dans le golfe du Mexique, de sa plateforme Deepwater Horizon, dont le paiement met fin à tous ses litiges avec les USA et les 5 Etats américains concernés par l’explosion.

Mais pendant ce temps, au Portugal, on ne consomme plus que 13 sardines par seconde !

Cela peut paraître une dose importante de protéines, de lipides et d’oligoéléments…..Pourtant, ce chiffre n’a jamais été aussi faible car le poisson disparait des côtes lusitaniennes !

L’espèce Sardina Pilchardus vit exclusivement dans l’Atlantique Nord-Est, la Méditerranée et au large des côtes occidentales de l’Afrique du Nord. Les niveaux de reproduction sont en baisse. Bien que réduites, les captures des dernières années exercent encore une pression sur les réserves halieutiques.

Expatriés : très chère Afrique

Selon le classement réalisé annuellement par un grand cabinet américain de ressources humaines, Luanda, la capitale angolaise, est la ville la plus chère du monde pour les expatriés, pour la troisième année consécutive.

L’étude est particulièrement suivie par les gouvernements et les entreprises, qui prennent en compte son classement pour calculer les indemnités d’expatriation de leurs employés. L’économie mondiale étant de plus en plus interconnectée, 43% des multinationales s’attendent à une augmentation de leur nombre de postes d’expatriés dans les deux prochaines années.
L’enquête prend pour référence New York et passe en revue 207 métropoles dont elle compare plus de 200 paramètres, comme le coût du transport, de la nourriture, de l’habillement, des loisirs, des appareils ménagers et du logement. Cinq des dix premières villes du classement sont asiatiques : Hong Kong (2ème), Singapour (4ème), Shanghai (6ème), Pékin (7ème) et Séoul (8ème). Les villes chinoises ont fait un bond dans le classement en raison du renforcement du yuan et des prix élevés des biens à la consommation pour les expatriés. Trois autres sont suisses : Zurich (3ème), Genève (5ème) et Berne (9ème), une situation due notamment à l’appréciation du franc suisse face à l’euro. La baisse de la monnaie unique face au dollar fait dégringoler la plupart des villes de la zone euro, ainsi Paris recule de 19 places au 46ème rang, Vienne perd 24 places à la 56ème, Rome recule de 28 places à la 59ème. Londres reste quant à elle à la 12ème place du classement.

Mécaniquement les villes américaines progressent pour la plupart. New York reste toutefois également stable à la 16ème place.

Les villes les moins chères pour les expatriés sont Bichkek au Kirghizstan, Windhoek en Namibie et Karachi au Pakistan.

Observatoire des Stratégies de Gestion de Taux

Dans un contexte de taux durablement bas, il est devenu de plus en plus complexe de définir les stratégies d’allocation d’actifs de façon classique. Dans le prolongement de la première Université d’été de l’Asset Management (août 2014), au cours de laquelle François Mollat du Jourdin était intervenu aux côtés d’experts institutionnels, sur la diversification obligataire dans un contexte de taux bas, Convictions AM, la House of Finance de l’Université Paris-Dauphine et Morningstar France, avec le soutien de l’Af2i, ont décidé de lancer un Observatoire des Stratégies de Gestion de Taux (OSGT).

Son objectif est d’identifier les lignes de fonds qui peuvent permettre de construire et de répondre aux enjeux du nouveau contexte des marchés de taux. Un Comité consultatif, dont François Mollat du Jourdin est membre, oriente les travaux de l’OSGT et contribue à ses recherches. Sa première réunion s’est tenue le 23 mars dernier pour discuter les premières conclusions et définir les axes de travail à partir des travaux présentés par les partenaires. Le premier rapport semestriel de l’OSGT est disponible sur http://www.convictions-am.com/lancement-de-lobservatoire-des-strategies-de-gestion-de-taux-osgt/

La prochaine Université d’été de l’Asset Management se tiendra le 27 août 2015 sur le thème « Les nouvelles frontières de la liquidité des marchés ».

Rentable comme une banque…. suisse

En Europe, c’est en Suisse et en Scandinavie que les banques sont les plus rentables, selon une étude réalisée auprès de quelque 100 banques privées et groupes bancaires dans 24 pays d’Europe.
Alors que les banques scandinaves et espagnoles diminuent leurs coûts grâce à la numérisation, les établissements suisses bénéficient des meilleures marges par clients, grâce à des prix élevés et à des innovations produits. En revanche, sur le reste du continent, le secteur bancaire ne se rétablit que très lentement de la crise financière. Les niveaux de profits restent inférieurs à ceux d’avant-crise. Parmi six indicateurs, seule la productivité des employés a augmenté en 2014.

Face à cette relative stagnation du secteur bancaire, c’est bien un manque d’adaptation du business model des banques qui semble poser problème.

Riche comme un milliardaire….européen

Les milliardaires européens sont plus riches que leurs homologues américains et asiatiques, avec une fortune moyenne de $5,7Mrd, selon une étude publiée par UBS et PwC. La fortune moyenne des milliardaires américains est de $4,5Mrd, et celle des milliardaires asiatiques, de $3,2Mrd.

Si les milliardaires d’Asie sont moins riches, ils sont en revanche beaucoup plus jeunes que les Américains ou les Européens, avec une moyenne d’âge de 57 ans, soit dix ans de moins que leurs homologues.

La moitié des fortunes constituées au cours des vingt dernières années en Europe trouve son origine dans l’industrie des biens de consommation, contre 20% pour les Asiatiques. Aux Etats-Unis, 30% des nouveaux milliardaires ont fait fortune dans le secteur financier.

Selon le classement annuel du magazine Forbes, le monde compte un nombre record de 1 826 milliardaires en 2015, contre 1 645 l’année précédente.

Successions : paradis helvétique toujours

Chaque canton pourra continuer à imposer les successions comme bon lui semble.

Les Suisses ont rejeté par 71% des voix l’initiative visant à instituer un nouvel impôt fédéral sur les successions. Aucun canton ne l’a soutenue.

Les Valaisans se sont montré les plus hostiles avec 84% de rejet devant Schwyz (83%), seul canton à ne pas imposer du tout les successions. Les habitants de Bâle-Ville ont été les moins catégoriques (59%) suivis des Bernois (64%). En Suisse romande, l’initiative a été balayée par les Genevois (72%) devant les Vaudois (72%) et les Fribourgeois (71%). Les Jurassiens ont dit non à 66%, les Neuchâtelois à 66%.